Ads

Civilisation du XVIème siècle

Au XVIe siècle se propagent en France deux mouvements intellectuels d'origine étrangère. La RENAISSANCE italienne, introduit dans les lettres, les arts et les sciences un esprit nouveau. La REFORME se présente comme une révolte contre les abus de l’église et l'autorité du Pape.

La RENAlSSANCE se produisit sous l'influence de la culture antique (grecque et latine) remise en honneur par l’émigration des savants grecs vers l'Occident. Elle est caractérisée par une nouvelle conception de la beauté, par un engouement pour la philosophie païenne et par l’éclosion des genres littéraires de lAntiquité.
La REFORME eut pour résultat de détruire le pouvoir spirituelle de l’église et de jeter les premiers fondements de la tolérance religieuse. Elle contribua à l'émancipation de la pensée hurnaine et aida à l'éveil des nationalités.
Ces deux mouvements furent facitités par les progrès de l'imprimerie qui mirent les chefs-d'oeuvre antiques et l'Ecriture sainte entre toutes Ies mains. Ainsi le XVIe siècle se caractérise par un renouvellement complet de la pensée artistique, littéraire, philosophique, scientifique et religieuse. L'esprit humain sembIe vraiment « renaître ».






CHAPITRE I
LA RENAISSANCE

Renaissance est une des époques les plus brillantes de l’histoire intellectuelle de I'humanite. La Renaissance n’est pas un mouvement uniquement français, il prend naissance en Italie dés le XIVe siècle et vers la fin du XVe siècle, il s'étend à une partie de l'Europe notamment à la France et a l'Allemagne.

Qu’est-ce qua la Renaissance ?
La Renaissance est l'abandon des idées confuses, des barbares du Moyen-Age et l'imitation de la société et surtout des chefs-d'oeuvre littéraires grecs etromains. Comme l'Antiquité était sous les rapports politique philosophique et littéraire très supérieure à l'Europe du Moyen-Age, les esprits cultivés ont voulu étudier les institutions de cette société civilisée. Dans tous les genres (littérature, architecture, sculpture) on se préoccupa d'imiter les modèles grecs et romains et, de plus, on puisa dans l’étude des Anciens (Grecs et Romains) les germes des idées qui devaient renouveler la science, l'art, l'ordre social et politique. L'Antiquité renaissait avec son idéal, sa philosophie et son culte de la beauté. La Renaissance a donné aux arts et aux lettres un merveilleux élan parce que l’Antiquité a donné aux artistes et aux écrivains des modèles à inviter et de nouveaux sujets à traiter.

Causes de la Renaissance

1) Au XIVe siècle, on commença à s'intéresser à l'Antiquité grceque et romaine. Pendant tout ce siècle et au cours du siècle suivant, il se forma une école qui s’enflamma, non seulement pour les écrits anciens, pour Virgile et pour Homère, mais aussi pour la société antique toute entière, pour ses opinions, sa philosophie et sa littérature.

2) En 1453, la prise de Constantinople par les Turcs Ottomans, la chute de I'Empire d'Orient, amena les savants grecs à chercher asile en Italie. Ils y apportèrent une nouvelle connaissance de l’Antiquité, de nombreux manuscrits et de nouveaux moyens d'étudier cette civilization ancienne.

3) Les princes, les papes, les rois let les riches bourgeois d'Occident, attirés par cette civilization raffinée, par ce goût des lettres et des arts protègent et encouragent les artistes byzantins.

4) L'état de corruption dans lequel se trouvait l'église à cette époque diminue de son prestige et amène les penseurs à détruire le pouvoir absolu dans l'ordre spiritual et à se tourner vers ces idées nouvelles et cette philosophie païenne.

5) Les Croisades permirent aux peuples d'Occident non seulement d'admirer la civilisation musulmane, mais aussi de prendre contact avec la société grecque qui leur fit l’effet d'une societé plus avancée, plus policée et plus éclairée que la leur.

6) La peinture à l'huile et la gravure sur cuivre se développent rapidement vers la fin du Moyen-Age et couvrent l'Europe d'un grand nombre de chefs-d'oeuvre d’art.

7) L'imprimerie, qui mit à la portée de tous les lectures les chefs-d'oeuvre de la pensée antique favorisa les études, permit la diffusion rapide des idées et des connaissances et répandit le goût des lettres, des arts et des sciences.


I-LA RENAISSANCE EN ITALIE

A) Retour aux letters antiques

Nous avons vu que dès le XIVe siècle, on étudiait avec ardeur en Italie les letters antiques latines. Au  XVe siècle, lors de la prise de Constantinople par les Turcs Ottomans, tous les érudits grecs enrichirent l'Italie de leur savoir. L'Antiquité grecque apparut alors dans toute sa splendeur. Les papes à Rome et les Médeois à Florence s'entouraient de littérateurs qu’ils encouragaient et protégeaient.

Ce mouvement fit naître en Italie deux sortes de littératures :

A )Littérature d’imitation ou en lague savante

Les chefs-d'oeuvre de l'Antiquité grecque et latine furent traduits, expliqués, commentés et mis dans toutes les mains grâce à l’imprimerie. Ces traductions provoquèrent un véritable engouement pour les Anciens et versèrent d'abondantes lumières dont devait profiter la Littérature originate ou en langue vulgaire.

B)Littérature originale ou en langue vulgaire

A force d'admirer les Anciens, les écrivains croyaient qu’ils ne pourraient jamais rien faire de mieux et ils se sont contentés de les traduire. Il a fallu attendre XVIe siècle pour voir apparaître des oeuvres originales de grande valeur.

Trois grands noms dominent ce siècle et sont à retenir MACHIAVEL pour la prose, I'ARIOSTE et le TASSE pour la poésie.

MACHIAVEL fit Le Prince ; I'ARIOSTE, Le Roland furieux. et le TASSE, La Jérusalem délivrée.

B) Arts en Italie au XVIe siècle
a) L’architecture
En architecture, le style renaissance se caractérise par la coupole et par le mélange de la ligne droite et de la ligne courbe.
Le plus grand architècte de cette époque est BRAMANTE à qui l’on doit le plan de Saint-Pierre de Rome (la plus vaste église du monde).
b) La sculpture et la peinture
Pour la sculpture et la peinture, la Renaissance fut une véritable résurrection. Les peintres et les sculpteurs voulurent reproduire, en l'idéalisant, la beauté du corps humain. Les noms à retenir sont ceux de Donatello, de Michel-Ange, du Titien, de Leonard de Vinci et de Raphaël.
DONATELLO est célèbre par sa Statue de Saint Marc.
MICHEL-ANGE est en même temps un peintre et un sculpteur. Parmi ses chefs-d'oeuvre nous pouvons citer :
En sculpture : La Statue de Moïse.
En peinture :.sa fameuse fresque du Jugement dernier.
LEONARD DE VINCi est resté célèbre par sa Joconde et sa grande fresque de La Cène.
LE TITIEN a réalisé un grand nombre de chefs-d'oeuvre parmi lesquels on peut citer : Le portrait de Francois Ier.
RAPHAEL a surtout excellé dans les tableaux de chevalet, nous lui devons aussi la décoration des chambers du Vatican.

II LA RENAISSANCE EN FRANCE
Les guerres d'Italie permirent aux Français de voir les beautés et les richesses de ce pays rempli de superbes monuments, églises et palais de marbre avec leurs oeuvrs d'art, statues et tableaux. Charles VIII envoya d’Italie une lettre à son frère où it disait :  qu'il lui semblait être au paradis terrestre. Emerveillés par tant de belles choses, rois et seigneurs français achetèrent des tableaux, des statues et des objets d'art ; ils firent aussi venir en France des artistes italiens.
Le roi Francois I' fut un grand protecteur des lettres et des arts. II donna des pensions aux écrivains et aux artistes français et les encouragea à imiter l’art italien; il fit même venir des artistes étrangers et se fit entourer d'une cour artistique et littéraire.
Il ne faut cependant pas croire que les artistes et les écrivains français copièrent les maîtres italiens. L’art français s'inspira  des nouveautés italiennes tout en gardant ses qualités de goût, de clarté, de simplicité et d'élégance.
Caractères généraux de la Renaissance en France :
L'esprit qui anime la Renaissance en France est tout à fait différent de celui du Moyen-Age. Pour le Moyen­-Age, toute la pensée se ramène à la religion et toute la religion est contenue dans les dogmes de l’égIise.
Pour les écrivains de la Renaissance, qui venaient de découvrir la philosophie de Platon, la pensée humaine peut se développer en dehors de la religion; la preuve en est que les plus beaux modèles de cette pensée se trouvent dans les ouvrages des écrivains et des philosophes païens ( surtout dans 1es oeuvres de Socrate, de Platon et d'Aristote ).                        
En un mot, les écrivains du XVIe siècle, croyaient fermement qu'on pouvait étudier l'homme, la pensée de l’homme, l’art créé par l'homme en dehors de toute idée religieuse. Ainsi naît peu à peu cet esprit de libre examen et ce goût de la recherche.














A) La literature française à l’époque de la Renaissance:
Vers la fin du Moyen-Age, un renouvellement était nécessaire. La littérature française avait su se donner la poésie, l'histoire, la satire, le drame; mais toute la production lilttéraire de cette époque était grossière et naïve. L’Italie et l'Antiquité vont au XVIe siècle fournir à la France des modéles littéraires à imiter. Les oeuvres antiques étaient déjà connues au Moyen-Age mais les écrivains français ne surent pas les apprécier. Il a fallu attendre François Ier pour voir naître le sens de la beauté.
a) La tradition médiévale au XVIe siècle
Il ne faut pas croire que le XVIe siècle est une complète rupture avec le Moyen-Age. Par certain côtés, ce siècle continue l'époque qui précède. Malgré ce retour vers l’Antiquité certains auteurs comme Rabelais et Marot se rattachent à la tradition médiévale.
b) Le triomphe de l’Antiquité au XVIe siècle
Grâce aux leçons des humanistes, on comprit la beauté des oeuvres antiques on commença à goûter les Grecs (Homère, Socrate, Platon, Aristote) et les Latins (Horace, Virgile). L'idéal artistique de l'Antiquité, le souci de la perfection du style ont depuis lors dominé la littérature française.
La jeunesse française courut à l’étude de 1'Antiquité ; la littérature du Moyen-Age appauvrie trouva de nouvelles sources d'inspiratrion et aux environs de 1548, une école littéraire se forme en France sous la direction de Ronsard. Cette association littéraire fut connue sous le nom de La Pléiade. Eller publia un manifeste intitulé Défense et illustration de la langue francaise où elle essaie de défendre le français contre le latin et où elle tente de rénover la poésie française.
Le but de la Pléiade était d'adapter les genres anciens (Ode, épopée, élégie, tragédie...) à la littérature française.
L'influence de la Pléiade ne fut pas grande et il faudra attendre la fin du siècle pour que Malherbe jette les premiers fondements de 1'Art classique.
Conclusion
Si la littérature du Moyer-Age a été spontanée, naïve et pleine d’imagination, celle du XVIe siècle fut savante et érudite, elle imita beaucoup l’Antiquité grecque et latine. La littérature médiévale a été populaire et s'adressait le plus souvent à des analphabètes ou à des personnes qui ne se souciaient pas des choses de l’esprit tandis que celle de la Renaissance s'adressa uniquement aux gens cultivés et n'intéressa pas le grand public de l’époque.














Quoi qu’il en soit, cette passion pour les lettres antiques étouffa momentanément le génie français et il a fallu attendre le XVIIe siècle pour voir paraître des chefs-d'oeuvre nationaux.

Principaux écrivains du XVI siècle

Les  écrivains du seizième siècle se divisent en deux categories :

a) Les écrivains qui continuent la tradition médiévale
b) Les écrivains qui se rattachent à la Renaissance


a) Les écrivains qui continuent la tradition médiévale

RABELAIS (1494-1533)
Il est très connu par son livre Chroniques de Gargantua et de Pantagruel.
Par la forme, l'oeuvre de cet écrivain continue la tradition médiévale carectérisée par la fantaisie et par la hardiesse de l'imagination. Il faut cependant signaler qu'il se rattache à la Renaissance par ses idées. II se révolte non seulement contre le systéme d'éducation médiévale mais encore contre la philosophie du Moyen-Age.
Pour lui la nature est bonne, il ne faut que la suivre.
En un mot, sous les dehors comiques, il a trouvé moyen de dire mille vérités.

MAROT (1496-1544)

Poète de cour qui a écrit des poèmes  de  circonstance. On  lui doit aussi la traduction des psaumes.
Le Moyen-Age se prolonge nettement dans la poésie de Marot. Ses vers, pleins de naïveté, ressemblent à ceux des rhétoriqueurs (poètes du Moyen-Age). Comme it n'a écrit que des poèmes de circonstance, ses vers manquent souvent d'inspiration.


b) Les écrivains qui se rattachent à la Renaissance



RONSARD (1524-1585)


C'est le chef de la Pléiade. Sourd de bonne heure, il s'enferma sept ans au collège de Coqueret  à Paris pour étudier les lettres anciennes. Il remit en honneur les genres littéraires cultivés par les Grecs et les Latins. Il assoupli le vers français. Poète délicat et sensible. Ronsard se rattache aux classiques par l’imitation de l’Antiquité. Dans tous ses vers, il a chanté la brièveté des plaisirs. C'est un des plus grands poètes lyriques français.


Du BELLAY (1522-1560)

Disciple de Ronsard, Du Bellay est célèbre par ses poésies et surtout par son ouvrage intitulé Défense et illustration de la langue française où il essaie défendre le français contre le latin et où il tente de rénover la poésie française. Ses vers sont pleins de délicatesse et de sensibilité. C'est l'un des plus grands poètes du siècle.

MONTAIGNE (1532-1593)

Dans ses « Essais » Montaigne s'est insurgé contre l’éducation du Moyen-Age et a tracé tout un système pédagogique nouveau basé sur le développement des facultés de l'enfant et non sur la mémoire.
Les « Essais » de Montaigne sont aussi considérés comme un ouvrage philosophique où abondent des réflexions sur l'homme très fines et toujours vraies.
B) Les arts en France a l'époque de la Renaissance                                                                   
Les arts sont bien supérieurs aux leures au XVIe siècle.
a) L’architecture
Après les guerres d’Itatie, les rois et les seigneurs français ne voulaient plus habiter les châteaux forts sombres et humides ; leur seul désir était d'avoir des demeures aussi confortables et aussi somptueuses que les palais italiens. La Renaissance fut en France une époque de constructions.
En architecture, le.style de la Renaissance ne fut pas une imitation servile du style grec et du style romain ; les artistes français mélangent ces deux styles anciens au style du Moyem-Age (style gothique). Ces deux styles ingénieuse­ment fondus donnent des chefs-d'oeuvre. Il faut cependant reconnaître que dans certains monuments c'est 1'influence italienne qui 1'emporte sur 1'art gothique.

Les architectes les plus importants sont :

PIERRE  LESCOT qui, à la place du vieux Louvre, jeta less fondements du Nouveau Louvre.
PHILIBERT  DELORME qui commença en 1564 le Palais des Tuileries.

b) La sculpture

Les sculpteurs francais du XVIe siecle ont subi 1'influenoe de 1'Antiquité. Leurs personnages sont drapés à la manière des Grecs et des Romains.

Deux grand noms signalent ce siècle :

JEAN  GOUJON auquel on doit les admirables figures de la Fontaine des Innocents à Paris et certaines Sculptures du Louvre.

GERMAIN  PILON qui fit le groupe des Trois grâces.

c) Le peinture

En peinture, un seul nom est à signaler c'est celui de FRANÇOIS CLOUET qui a peint des portraits d'une rare finesse.


C) La pensée et les sciences à l'époque de la Renaissance

a) La pensée française au XVIe siècle

Une grande impulsion fut donnée à la pensée à 1'époque dd la Renaissance GUILLAUME  BUDÉ donna la traduction des philosophes grecs. C'est aussi à cette époque que François Ier fonda le Collège de France où 1'on enseignait les trois langues (grec, latin, hébreu), les mathématiques et certaines connaissances du temps.

b) La médecine à l'époque de la Renaissance

La médecine fut très florissante au XVIe siècle. MICHEL SERVET découvre la circulation du sang ; cette découverte sera mise lumière au siècle suivant par le médecin anglais HARVEY (1578-1637).
AMBROISE PARÉ est resté célèbre comme chirurgien.

Jugement sur la Renaissance
La Renaissance marque un grand progress dans la marche de l’esprit humain. C'est à cette époque qu'on s'émancipe du pouvoir spirituel de la religion et que naît 1'esprit de Libre examen.
La Renaissance eut une action féconde sur les arts et sur la literature, elle y apporta des moyens d'expression plus souples et plus réguliers qui permirent de produire des oeuvres plus parfaites, cependant son influence sur les lettres ne sera pas immédiate et il faudra attendre le XVIIe siècle pour que le Classicisme puisse donner des chefs-d'oeuvre difficiles à égaler.

CHAPITRE II
LA REFORME


Dès le XIe siècle, l'unité chrétienne était brisée : à l'église catholique romaine s'était opposèe l'église grecque orthodoxe. Au début du XVIe siècle, l'unité de l'église catholique se brisera à son tour par la Réforme.

 Qu'est -ce que la Réforme ?

La Réforme est une révolution religieuse qui sépara du Pape et de l'église catholique une bonne moitié de l'Europe.
Au XVIe siècle beaucoup de chrétiens s'insurgèrent contre la conduite scandaleuse des chefs qui étaient à la tête de l'église et c'est de ce mouvement qu'est née la Réforme. Ses partisans portèrent le nom de Protestants à cause de leurs violentes protestations.

 A)  Causes de la Reforme


La Réforme a trois causes

 a)  Cause religieuse
 b)  Cause politique
 c)    Cause sociale
a) Causes religieuses de la Réforme

1) L'état de l’église au début du XVIe  siècle :

On y remarquait beaucoup d'abus et la décadence des moeurs et de l'esprit du clergé. Les Chefs de l'Eglise étaient en effet à la source du mal. Ils menaient une vie dissolue ( Alexandre VI Borgia) ou bien ils s'occupaient des biens terrestres beaucoup plus que des biens spirituels. Les richesses destinées à aider les pauvres et à accomplir certaines bonnes oeuvres, n'étaient plus mises au service de l'église mais

étaient au contraire employées à entretenir la vie luxueuse des prélats indignes.

A l'exemple des chefs, le clergé des paroisses était choisi parmi des gens sans vocation attirés uniquement



par les honneurs, le pouvoir spirituel et les biens ecclésiastiques.
2) Les peuples étaient fatigués et honteux de voir de tels hommes d'autant plus qu'a ce moment-là, l'imprimerie avait mis la Bible à la portée de tous. Les gens se sont alors rendus compte qu'il y avait une grande différence entre les ,enseignements des livres sacrés et la vie du clergé. La Bible préchait le renoncement aux biens de ce monde, la pauvreté, la douceur et l'humilité. Elle faisait donc paraître scanda­leuse et indigne la vie des prêtres.

b) Cause politique

Certains princes virent dans la destruction du pouvoir spirituel de l'église un moyen de s'enrichir et d'accroître leur autorité, aussi appuyèrent-ils de toutes leurs forces le mouvement de la Réforme.


c)   Cause sociale
Le peuple qui vivait dans la misère (les artisans des villes et surtout les paysans) vit dans la Rèforme un moyen de ne plus payer les impôts ecclésiastiques en secouant le joug de l'église.



B) La Réforme en Allemagne (Martin Luther)
Devant ces abus et grâce à la diffusion de la Bible, il y eut une réaction pour ramener l’église sa simplicité primitive. La Réforme est née tout d'abord on l'Allemagne. Un moine Martin Luther fut à l'origine de ce mouvement. En 1511, it fut envoyé à Rome et là, le luxe et le détachement des moeurs de la cour pontificale le révoltèrent. Quelques années plus tard, le scandale de l'affaire des indulgences (la faculté donnée aux fidèles de racheter par une aumône leurs fautes ou leurs pêchés) acheva de le séparer entièrement de l'église. Le Pape Léon X qui n'avait pas assez d'argent pour poursuivre les travaux de construction de la basilique de Saint-Pierre de Rome, imagina d'exploiter la piété des fidèles en instituant les Indulgences.

Luther attaqua d'abord la vente, puis l'usage et le principe des indulgences. Il critiqua l'église et proclama que l'Evangile seul contenait les véritables préceptes de la religion chrétienne. Sommé de se soumettre à l'église catholique, Luther refusa d'obéir au pape; il fut alors excommunié. Lorsque la bulle d'excommunication arriva en Allemagne, Luther qui était professeur à l'Uni­versité de Wittemberg, réunit ses étudiants sur la place de l'église et la brûla. Le Protestantisme était fondé.
Les principes du Protestantisme :
Luther proclama tout d'abord pour chaque fidèle le droit d'interpréter les textes de l'Evangile selon sa conscience, mais devant les désordres et les abus, il revint à des idées plus autoritaires : Désormais les fidèles doivent avoir la même religion que celle du prince qui les gouverne. Luther fit donc du souverain le protecteur et le gardien de l’unité religileuse.
Luther demande au clergé reformé d'imiter la simplicité des premiers chrétiens, de renoncer aux richesses terrestres, de vivre seulement dans le travail et la prière.
C)   La Réforme en Suisse et en France (Zwingle et Calvin)
Au protestantisme de Luther s'oppose une autre réforme : celle de Zwingle et de Calvin.
ZWINGLE était un moine suisse, ll réduisit le culte à la lecture de la Bible et se révolta
contre l'habitude de représenter les saints et Dieu par des images ou des statues
CALVIN est un jeune Français qui continua l’oeuvre de LUTHER et de ZWINGLE. Il adhéra au protestantisme et fut persécuté par Francois Ier ce qui l'obligea à quitter la France et à s'installer en Suisse, à Genève dont il fit le foyer de la nouvelle religion.

D)   La Réforme en Angleterre (Henri VIII)
Alors que la Réforme en France et en Allemagne fut l’oeuvre de particuliers, en Angleterre, c'est le roi Henri VIII lui-même qui déclara la rupture avec l'église catholique.
Depuis qu'il était au pouvoir, Henri VIII tendait à l'absolutisme et ne trouvait d'autre obstacle à son établissement que l'autorité du clergé. Ce roi qui voulait réduire les
évêques et les prêtres à n'être qu'un corps de fonctionnaires à son service, chercha un prétexte pour rompre avec le pape. L'occasion se présenta quand il voulut répudier sa première femme. Au refus du. pape, qui ne pouvait accorder le divorce, Henri VIII répondit par un acte de suprématie : il se déclara L'unique et suprême chef de l'église d'Angleterre.
Commencée par Henri VIII, la Réforme devait aboutir, avec la reine Elisabeth à une nouvelle doctrine : l’anglicanisme.

E) Conséquences de la Réforme

Cette renaissance de l'intelligence humaine contre l'absolutisme religieux eut plusieurs conséquences qui peuvent être classées en :

a)  Conséquences politiques
b)  Conséquences sociales
c)  Conséquences religieuses
d)  Conséquences intellectuelles

a) Conséquences politiques

1)     Elle a banni la religion de la politique et, en détruisant le pouvoir spirituel, elle a rendu l'indépendance au pouvoir temporel des souverains.

2)     Elle a fait disparaître l’idée médiévale de l'Empire chrétien d'Europe et c'est grâce à elle que commença à naître l’idée de nationalité basée sur la communauté des races et non des croyances. C'est la Réforme qui détruisit la conviction que l’unité du sentiment religieux était une des conditions de l'unité de l'Etat.
3) La Réforme eut pour effet de créer deux classes d’Etats: les Etats catholiques (au sud de l'Europe) et les Etats protestants (au nord de l'Europe) et d'engager entre eux une lutte des plus violentes (les guerres de religion) qui durera jusqu'au milieu du XVIIe siècle. C'est par le traité de Westphalie en 1648 que les Etats catholiques et les Etats protestants se sont réciproquement reconnus et se sont promis de vivre en paix indépendamment de la diversité de religion.
b) Conséquences sociales
1) Si l'existence de deux religions déclenche au sein de la plupart des Etats d'Europe de longues périodes de misère caractérisées par de sanglantes persécutions, il faut aussi avouer qu'a la longue, princes et peuples se lassèrent de tant de rigueurs ce qui les amena à faire des concessions aux minoritaires : c'est alors que l’idée de tolérance naquit et commença à se développer petit à petit; en garantissant la liberté de conscience et du culte, elle garantissait en même temps l'égalité absolue des droits civiques pour les membres d'une même nation abstraction faite de leur croyance.
2)   Alors que l’église catholique continuait à maintenir le latin, l'église reformée trouva que cette langue était incompréhensible pour le public et adopta la langue nationale afin que le sens des prières fût compris des fidèles. Ce changement de langue eut une conséquence pédagogique ; alors que, dans les écoles catholiques on continue à épeler en latin, les éducateurs protestants inaugurant une pédagogie nouvelle, vont donner à la langue nationale une place honorable.
3) Les écoles réformées adoptèrent un principe qui est à la base de toute la pédagogie moderne et qui peut être résumé en ces mots : se mettre à la portée des enfants, les intéresser, graduer les difficultés selon leur âge et le niveau de leurs études.
 
c)  Conséquences religieuses
Devant la crise provoquée par les partisans de la Réforme, les représentants de l'église catholique durent mettre un terme aux abus du clergé et fonder des ordres religieux nouveaux destinés à combattre le protestantisme qui se propageait rapidement dans toute 1'Europe.
L'ordre le plus important fut celui des Jésuites fondé en 1534 par un gentilhomme espagnol Ignace de LOYOLA. Les Jésuites devaient combattre les nouvelles doctrines par l’instruction et la prédication.
d)  Conséquences intellectuelles
 
Les conséquences intellectuelles de la Réforme ne furent pas immédiates et ne manifestèrent que beaucoup plus tard; mais il faut avouer qu'elles furent les plus durables. Partout où la Réforme a pénétré elle a

c)  Conséquences religieuses
Devant la crise provoquée par les partisans de la Réforme, les représentants de l'église catholique durent mettre un terme aux abus du clergé et fonder des ordres religieux nouveaux destinés à combattre le protestantisme qui se propageait rapidement dans toute 1'Europe.
L'ordre le plus important fut celui des Jésuites fondé en 1534 par un gentilhomme espagnol Ignace de LOYOLA. Les Jésuites devaient combattre les nouvelles doctrines par l’instruction et la prédication.
d)  Conséquences intellectuelles
Les conséquences intellectuelles de la Réforme ne furent pas immédiates et ne manifestèrent que beaucoup plus tard; mais il faut avouer qu'elles furent les plus durables. Partout où la Réforme a pénétré elle a eu pour résultat un immense progrès dans l'activité et la liberté de la pensée. Cette émancipation de l'esprit humain a détruit tout pouvoir absolu dans l'ordre spirituel et a consacré le triomphe de la raison. Si on jette un coup d'œil sur la philosophie de la fin du XVIe siècle et sur celle du XVIIe siècle, deux hommes se présentent: BACON  (en Angleterre) et DESCARTES (en France) les auteurs de la plus grande révolution intellectuelle connue. Leurs systèmes philosophiques peuvent être considères comme une conséquence de la Réforme car ils marquent la victoire définitive de l'esprit scientifique et de la raison sur l'autorité.
Conclusion
 
Que ce soit en Allemagne, en France ou en Angleterre le principal caractère de la Réforme est la liberté de l'esprit humain. Ce mouvement peut-être considéré comme un désir de liberté un besoin nouveau de penser, de juger librement avec ses seules forces intellectuelles, des faits et des idées que jusque là, toute l'Europe recevait des mains de l'autorité religieuse. Cette activité retrouva toute sa force dans la restauration de l'Antiquité. La Renaissance, qui a dévoilé tout la beauté de la pensée et des institutions païennes, donna à la Réforme un élan très énergique en faisant naître un besoin de progrès.

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.

Ads